Point formation

Une revue de portefeuille qui se “passe bien”
et un compte qui se ferme quelques semaines plus tard, ça vous parle ?

Frederick Kermisch
Coach pour banquiers privés
10 janvier 2021

Frederick Kermisch aide banquiers et gestionnaires de relation à augmenter leurs actifs sous gestion. Sa méthode de coaching pratique permet de cadrer et mener les conversations avec clients et prospects. Les banquiers obtiennent des engagements concrets et construisent leur book de façon durable, et de ne plus perdre les actifs qui sont à leur portée.

Imaginez que je vous tende un flacon avec un liquide transparent. 

– De quoi s’agit-il ?”, me demandez-vous. 

– D’un élixir de vérité, je vous réponds.

Vous pouvez décider de le verser dans le verre de votre client pour la revue de portefeuille. Il vous dira exactement ce qu’il pense de vous, de vos performances, et de ses options pour fermer son compte.
Vous semblez nerveux ?

– Je ne suis pas sûr de vouloir le savoir.

Seriez-vous prêt à utiliser un flacon sur votre client ? Ou préféreriez-vous que votre client vous mente ?

Lire la suite de la chronique

Après Noël, la période des soldes !
Perdez espoir !

Frederick Kermisch
Coach pour banquiers privés
janvier 2020

Frederick Kermisch aide banquiers et gestionnaires de relation à augmenter leurs actifs sous gestion. Sa méthode de coaching pratique permet de cadrer et mener les conversations avec clients et prospects. Les banquiers obtiennent des engagements concrets et construisent leur book de façon durable, et de ne plus perdre les actifs qui sont à leur portée.

Au moment où j’écris ces lignes, la saison des fêtes de fin d’année vient de s’achever. Les signes de l’hiver ne manquent pas : journée courtes, températures parfois glaciales, une partie de la population en manque de vitamine D (du moins à Genève). Et sans oublier les “discussions de fin et début d’année” quant aux bonus, aux variations éventuelles de salaires (vers le bas, généralement) et… les licenciements confirmés ou potentiels. Quelle joie !

Lire la suite de la chronique