Point sur…

La prévoyance privée

Par Daniel Stanislaus Martel
Directeur de la publication
11 février 2021

Forte augmentation des capitaux confiés
aux fondations de libre passage

L’épargne en libre passage, issue du processus d’épargne obligatoire constitué dans le régime de la prévoyance professionnelle, a besoin d’être capitalisée pour préserver un niveau de prestations convenable à la retraite. La polarisation de la prévoyance étatique (AVS et régime obligatoire de la LPP) et de la prévoyance privée va se renforcer dans le cadre de la crise sanitaire. Regards croisés de trois spécialistes reconnus en matière de fonds de pensions au sujet de cette tendance.

Avec l’augmentation des flux financiers dans la prévoyance professionnelle provoquée par les importantes sorties de capitaux des caisses de pensions vers des institutions de libre passage, les épargnants du 2e pilier peuvent très vite se retrouver, malgré leur volonté dans des situations patrimoniales complexe à gérer dans l’urgence. Avec les conséquences de la crise sanitaire, de nombreux assurés actifs doivent quitter leur caisse de pensions. Ils risquent dès lors de se retrouver avec une épargne accumulée avant l’âge de la retraite sans possibilité de versement anticipé car n’ayant pas atteint l’âge réglementaire pour ce faire et sortir ainsi ces capitaux du circuit de la prévoyance professionnelle.

Dilemme pour les épargnants

Cette tendance est confirmée par Franca Renzi, Directrice de l’Ecole Supérieure de Prévoyance Professionnelle, (ESPP) et ancienne Directrice de l’Autorité cantonale de Surveillance des Fondations et des Institutions de Prévoyance à Genève (ASFIP)

« de nombreuses petites entreprises ont été amenées à licencier des employés qui se retrouvent aujourd’hui au chômage avec leur capital de retraite accumulé »

Pasquale Zarra, Directeur de PensExpert à Lausanne observe que 

«depuis un certain temps, il y a une demande accrue directement des assurés mais aussi des banques partenaires qui cherchent des solutions innovantes, du point de vue prévoyance, des investissements et de la fiscalité».

Pour Alexandre Michellod, Président du Conseil de la plateforme de prévoyance lemania pension-hub et membre du Comité Exécutif de la Banque Gonet & Cie en tant que Head of Wealth & Investment Solutions

«les besoins en solution libre passage dans la gestion patrimoniale sont effectivement en constante augmentation». Pour ce spécialiste en fonds de pensions «c’est bien souvent la seule possibilité à laquelle peuvent souscrire les assurés qui quittent une caisse de pensions.» Le responsable du Département Wealth & Investment Solution de la Banque Gonet souligne que «les bénéficiaires d’un compte de libre passage doivent également décider de leur politique de placement. Dans une telle situation, ces épargnants sont très souvent perdus car ils ne savent comment placer ces avoirs dont la responsabilité des placements revenait jusqu’ici en totalité à leur fondation de prévoyance, en fonction de règles établies par la Loi fédérale sur la prévoyance professionnelle (LPP). En outre, ces épargnants ignorent bien souvent qu’en situation de libre-passage, ils ont perdu le bénéfice de leurs prestations de leur ancienne caisse de pensions (rente vieillesse, risque de décès ou d’invalidité».

Lire la suite de l’article.

L’intelligence artificielle

Par Rolando Grandi, gérant pour La Financière de l’Echiquier
janvier 2020

Le point sur 4 domaines de l’intelligence artificielle : Smart Speakers, Cybersanté, algorithmes et e-sport

Crise économique, inflation, risques géopolitiques, fluctuations du pétrole… pour le légendaire gérant américain Peter Lynch, les investisseurs ont toujours une bonne raison de craindre les marchés. L’avenir étant par définition incertain, il est préférable de se concentrer sur une thématique d’investissement : l’intelligence artificielle. Cette dernière fait désormais partie de notre vie, que ce soit via les algorithmes de recommandation de NETFLIX ou d’AMAZON – qui générèrent 30% des ventes sur cette plateforme d’ecommerce – les filtres anti-spam de nos boîtes mails, ou les systèmes informatiques anti-virus. En 2017, plus de 230 virus ont été découverts chaque minute grâce à l’IA. Lire la suite de l’article.