Marché suisse

Marché suisse

novembre 13, 2021 0 Par Invité(e)s

Erik Fruytier
Gonet & Cie SA

Résilience et prudence

Après le plongeon de 10 % du PIB mondial l’année dernière, l’économie mondiale a connu une reprise rapide grâce au soutien des banques centrales et des gouvernements. La réouverture des économies a été rendue possible par l’ambitieuse campagne de vaccination. Les économies occidentales ont surtout misé sur les vaccins pour lever les restrictions sanitaires.

Le marché boursier suisse et la plupart des marchés internationaux ont rebondi de manière significative depuis leur point bas de mars 2020. Toutefois, après dix-huit mois de facteurs économiques et boursiers favorables, les investisseurs commencent à s’inquiéter des conséquences des mesures de relance extraordinaires et des conditions monétaires accommodantes. Le sujet le plus discuté a été le rebond de l’inflation. Ce n’est pas une surprise en soi, car les banquiers centraux ont largement discuté de la nécessité et du désir de voir l’inflation augmenter jusqu’à environ 2 %. Ce qui n’a pas été anticipé, ce sont les goulets d’étranglement dans l’approvisionnement en biens et services et les tensions dans la chaîne logistique mondiale. Les contraintes d’approvisionnement ont résulté de la propagation désynchronisée des variantes successives du Covid-19, entraînant une inadéquation des restrictions sanitaires entre les pays producteurs et les pays consommateurs. Les entreprises ont rapidement réduit leurs commandes en 2020, ce qui a entraîné une baisse des stocks mondiaux pendant plusieurs trimestres. Le succès de la campagne de vaccination dans les économies occidentales a entraîné une reprise économique synchronisée. La demande a bondi grâce aux mesures de relance en cours et à l’épargne accumulée au niveau des particuliers et des entreprises.
L’accélération de plusieurs tendances telles que le commerce électronique, la digitalisation et le bureau à domicile ont également modifié les habitudes de consommation.

La chaîne d’approvisionnement mondiale a eu du mal à réagir car elle est assez rigide et dépend de la libre circulation des personnes, des navires et des avions à travers le monde, qui est toujours soumise à de sévères restrictions. Les entreprises connaissent une forte demande pour leurs produits, mais elles sont incapables de les fabriquer et de les transporter vers leurs clients pour répondre à la demande. Cette demande excédentaire a fait grimper le prix des marchandises, des produits de base, des salaires et des coûts énergétiques.

En termes de stocks, bien que les réserves aient été initialement très élevées dans plusieurs secteurs, certains produits sont maintenant en pénurie (semi-conducteurs, voitures, polymères, gaz naturel en Europe, etc., pour ne citer que quelques exemples). La rigidité de l’offre de produits, due à sa concentration en Asie, est donc devenue un défi étant donné que les capacités de livraison fonctionnent déjà à plein régime. Ce phénomène se reflète dans l’évolution des indices de prix ainsi que dans les bénéfices de plusieurs entreprises du secteur du transport.

Le Baltic Dry Index, par exemple, qui mesure le prix du transport maritime de vrac sec sur 26 routes différentes, a plus que triplé depuis le début de l’année.

Graphique : Baltic Dry Index
Source: Bloomberg

Les spécialistes du transport, comme Kuehne+Nagel, ont vu leurs bénéfices exploser. Le coût de l’expédition d’un conteneur de 12 mètres de l’Asie vers les états-Unis a été multiplié par 10 si un importateur paie une prime dans l’espoir d’être livré à temps.

Hormis le fret maritime, l’inflation est apparue tout au long de la chaîne d’approvisionnement, de l’usine chinoise à l’entrepôt de l’acheteur. Dans le domaine des transports, elle s’est d’abord manifestée au cours de l’été 2020, lorsqu’une grande partie de la capacité aérienne a été immobilisée au sol.
Maintenant, cette question s’étend également au transport routier et ferroviaire, où l’inflation se matérialise également dans les salaires des personnes concernées.

La question clé à laquelle sont confrontés les investisseurs aujourd’hui dans le monde entier, et sur le marché suisse, est de savoir comment faire face au problème de la logistique et à l’inflation des prix. La réponse réside dans le modèle commercial de chaque entreprise et dans sa relation avec ses fournisseurs et ses clients. Cet aspect est central dans l’analyse des cinq forces développée par Michael Porter, professeur à Harvard, en 1979. Les relations avec les fournisseurs et les clients déterminent le pouvoir de négociation et le pouvoir de fixation des prix de l’entreprise et donc son avantage concurrentiel. Un fort pouvoir de négociation garantira l’accès aux composants et aux services, tandis qu’un fort pouvoir de fixation des prix permettra à l’entreprise de répercuter les coûts plus élevés sur ses clients.

C’est ici que la plupart des sociétés cotées en Suisse devraient avoir un avantage. En règle générale, si une entreprise vend des biens et des services à forte valeur ajoutée, les clients paieront des prix plus élevés pour obtenir ces produits et services. La structure particulière du marché boursier suisse, où Nestlé, Novartis et Roche représentent plus de 50 % de la capitalisation boursière du SMI, montre déjà clairement que la bourse suisse est orientée vers les entreprises qui ont des marges élevées et vendent des produits de marque et brevetés.
Outre les trois mastodontes, nous trouvons plusieurs industriels bien connus tels que Sika, Geberit et ABB qui ont de fortes positions sur le marché et sont généralement en mesure de répercuter l’inflation des prix des intrants. Givaudan est également dans une position assez unique car ses produits ne représentent qu’une fraction du coût du produit final; cependant, ils ajoutent l’ingrédient clé du goût et de l’odeur. Les entreprises suisses de luxe ont un fort pouvoir de fixation des prix en raison de leur rareté et de leur image de marque.
La question de la logistique n’affecte pas directement le secteur financier, mais celui-ci est sensible à l’environnement des taux d’intérêt, à lui de tirer parti de la volatilité qui en résulte.

En dehors des grandes entreprises incluses dans l’indice SMI, les petites et moyennes entreprises suisses du secteur industriel sont plus exposées à la logistique mondiale et aux goulets d’étranglement de la production; toutefois, en général, ces entreprises sont des leaders mondiaux sur des marchés de niche. L’augmentation des coûts de production liée au franc suisse les a obligées à réorienter leurs modèles d’affaires vers les produits à forte valeur ajoutée.

Le marché boursier suisse devrait donc être plus résilient. Cependant, les investisseurs doivent se préparer à un flux de nouvelles négatives sur ces sujets au cours des deux prochains trimestres avant que l’environnement économique ne se normalise.

Erik Fruytier
Gonet & Cie SA

Erik Fruytier est directeur des investissements chez Gonet & Cie SA.
Il a rejoint la Banque Gonet en juin 2010 en tant que responsable de la recherche actions. De 1998 à 2010, il a travaillé dans la gestion de fonds à Londres auprès notamment de Cazenove Fund Management et de Park Place Capital.
Erik est titulaire d’un bachelor et d’un master de la HEC Lausanne.